Fox Populi

Published on février 17th, 2018 | by CHAOS REIGNS

0

TOP 5 CHAOS DES LECTEURS – THOMAS HAKIM #31

[FOX POPULI] Tout le monde peut publier son top 5 sur Chaos Reigns! Vous aussi, donnez vos 5 films chaos préférés au monde pour donner envie de (re)découvrir des chefs-d’œuvre. Sortez vos plus belles plumes, on a tous hâte de vous lire. En attendant, voici le top de Thomas Hakim. Sous vos applaudissements.

L’enterrement du soleil de Nagisa Ōshima (1960)
Titre magnifique à la hauteur de ce film poisseux mais très poétique se passant dans un bidonville de la banlieue d’Osaka sur fond de guerre des gangs et de trafic de sang. Dans une atmosphère rugueuse, moite et désespérée, les personnages se trahissent, s’entretuent, baisent et transpirent. Et puis tout doit brûler, comme si rien n’était à sauver dans ce monde corrompu et méchant.

La Nina Santa de Lucrecia Martel (2004)
Une adolescente se met en quête de sauver l’âme d’un frotteur, qui s’avère être un médecin marié également convoité par sa mère. Bien plus subtil que ce résumé racoleur, La Nina Santa, coproduit par Almodovar, mêle avec irrévérence sexe et religion. Les cadres rasants sont magistralement composés, les situations cocasses s’enchaînent, comme ces classes de catéchisme où des jeunes filles, sans le vouloir, pointent le caractère absurde et arbitraire de la vocation religieuse et du « plan de dieu ». Le film est traversé par la moue ambiguë de son actrice principale et son regard tour à tour ingénu et perçant sur la réalité.

The living end de Gregg Araki (1992)
« An irresponsable movie by Gregg Araki », soit la rencontre de deux séropositifs qui tombent amoureux et envoient le monde se faire foutre. Film militant, punk et profondément romantique, The Living End est un sommet d’empowerment queer. Jouissif et transgressif comme tous les films d’Araki, il est néanmoins plus sombre que sa trilogie Teen Apocalypse. MORE GAY ANGST!

Eva de Joseph Losey (1962)
Avant le super chaos The Servant, Joseph Losey étudie déjà la cruauté des rapports humains avec ce prequel non officiel de La baie des anges (théorie personnelle). On y trouve Jeanne Moreau en joueuse de casino compulsive aussi vénale que manipulatrice, qui piétine toute forme d’amour qu’on peut lui porter. Mal incarnée (« evil ») ou femme déçue qui a décidé de se venger des hommes pour ne plus souffrir? Le film brouille les pistes, Eva reste désespérément opaque et seule.

De bruit et de fureur de Jean-Claude Brisseau (1988)
Avec une grande sensibilité, De bruit et de fureur nous donne à voir le regard d’un enfant sur le monde et sa dureté. Confronté à la mort, à la violence et à l’abandon, Bruno, ne se départ pourtant jamais de son innocence et se réfugie dans un monde imaginaire réconfortant. La grande force et singularité du film est de ne jamais choisir entre naturalisme et fantastique, ce qui en fait une œuvre terriblement précurseure et juste. Comme son personnage principal, ce film est fascinant et beau à en pleurer.

Spread the chaos
  • 12
    Shares

Tags: ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

error: Chaos Reigns !