Mon CHAOS à MOI

Published on mars 19th, 2017 | by CHAOS REIGNS

0

THE JOKERS FILMS : LETTRE OUVERTE « BRIMSTONE »

THE JOKERS FILMS tenaient à revenir sur l’interdiction aux moins de 16 ans de Brimstone réalisé par Martin Koolhoven, en salles ce mercredi. Voici leur missive.

 

 

 

 

Paris, le 17 Mars 2017

Lettre ouverte au Ministère de la culture et de la communication et aux membres de la commission de «classification».

Madame la Ministre, mesdames et messieurs les membres de la commission de classification,

Après une longue attente, suite à notre appel de la décision de la commission de classification le 23 Janvier 2017, de l’interdiction aux moins de 16 ans du film Brimstone réalisé par Martin Koolhoven, le «verdict» a été confirmé hier matin, le 16 mars 2017.
L’interdiction aux moins de 16 ans sera maintenue.

Nous n’en connaissons pas encore les motivations exactes mais elles seront certainement de cet ordre : « l’atmosphère oppressante du film nous a conduit à… ».
Nous n’avons jamais pensé que le film était destiné aux plus jeunes.
Le film aborde en effet des sujets tels que la violence faite aux femmes et celle que peut engendrer une interprétation hasardeuse des textes religieux.
Il nous semble qu’un public de 12 ans à notre époque et dans notre société actuelle peut aisément appréhender ces problématiques.

Ces dernières semaines, pour ne pas dire ces dernières années, vous avez prononcé des interdictions aux moins de 12 ans pour des œuvres dont la violence graphique, parfois extrême, montrait, entre-autres, cadavres ramassés à la pelle et autres carnages.

Cela nous amène à vous poser plusieurs questions qui nous semblent légitimes :
– Où placez-vous le curseur entre une interdiction aux moins de 16 ans et aux moins de 12 ans ?
– La violence est-elle plus regardable par les plus jeunes lorsqu’elle est gratuite que lorsqu’elle est liée à des problématiques plus sérieuses ?
– Le fanatisme et la violence faite aux femmes sont-ils des maux qui ne sauraient être dénoncés au regard de la commission ? Ou pire : constituent-ils des circonstances aggravantes pour celle-ci ?
– Trouvez-vous plus tolérable que l’on montre au jeune public que l’utilisation des armes est somme toute anodine ? Que l’on peut tuer en s’amusant ?

Au-delà de la mise au ban de notre film, nous n’aurions rien à redire sur cette classification si nous n’avions le sentiment d’un traitement biaisé qui ne peut que nous rappeler celui que la commission avait réservé à un autre réalisateur hollandais en son temps, M. Paul Verhoeven, avant de le réhabiliter près de vingt années plus tard.

Le propre du cinéma est précisément de susciter des émotions fortes, parfois éveiller les consciences, aussi nous peinons à comprendre cette discrimination dans le traitement, comparativement à d’autres œuvres.
Et nous ne sommes pas les seuls. Sinon nous nous serions tus.

Par cette lettre nous réclamons un traitement équitable des œuvres. C’est votre mission et votre devoir. C’est également votre responsabilité.

Sincères salutations.
The Jokers Films

Spread the chaos

Tags:


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑