L'invité de minuit

Published on juillet 21st, 2015 | by Romain Le Vern

0

L’INVITE DE MINUIT #59 : JEAN-SÉBASTIEN ROSSBACH

Coucou! Il est minuit et, à minuit, à l’heure où le chaos règne, en attendant l’heure où blanchit la campagne, nous recevons un invité : JEAN-SÉBASTIEN ROSSBACH!

chaos reigns JSR

QUOI DE PLUS CHAOS QUE JEAN-SÉBASTIEN ROSSBACH ? Parce que cet artiste polyvalent (peintre, designer graphique et illustrateur spécialisé dans la Fantasy, la SF et le fantastique) est un ami du CHAOS et qu’il adooore le cinéma CHAOS. Vraiment. Parce qu’il a, entre autres, collaboré comme illustrateur et character designer sur plusieurs jeux-vidéos comme Dark Messiah, Prince of Persia, Beowulf et illustré diverses couvertures de romans, de la sage Hypérion de Dan Simmons au Trône de fer de G. R. R. Martin. Parce que, si tu en as envie d’en savoir plus, sache que son site est super chaos. 

rossbachQuel est votre rapport au cinéma ?
Jean-Sébastien Rossbach : Il est comme une ancienne amante avec qui j’avais rompu, et que je retrouve 10 ans plus tard en lui découvrant des charmes que je n’avais pas su saisir à l’époque.

Vous souvenez-vous du premier film que vous avez vu ?
Jean-Sébastien Rossbach : Mon premier film vu au ciné, avec mes parents, c’était Bernard & Bianca.

Quels sont les films qui ont marqué votre parcours de cinéphile par leur intensité, par des séquences précises ou par la simple force des images ?
Jean-Sébastien Rossbach : Une séance le jour de mes 13 ans avec ma grand-mère qui m’emmène voir La Mouche de Cronenberg. Elle a gloussé d’excitation tout le long du film en me donnant des coups de coude, et moi je cachais mes yeux derrière mes mains ! Plus tard, comme tout le monde, terrorisé devant L’Exorciste, au point de ne pas vouloir approcher de la télé pour extraire la VHS du magnétoscope. Je peux réciter par cœur les dialogues VF de Robocop… Ça c’est pour l’enfance, tout ce qu’il y a de plus mainstream. Le film qui m’a fait passer à l’âge adulte c’est Crash, encore Cronenberg. J’avais 26 ans quand je l’ai vu, j’étais scandalisé devant cette perversion dont je n’arrivais pas à savoir si c’était celle du réalisateur ou la mienne.

Un film qui a failli vous faire quitter une salle ou l’a fait pour de bon ?
Jean-Sébastien Rossbach : Le Père-Noël est une ordure.

Un film que vous n’aviez pas envie de voir et qui a été une révélation ?
Jean-Sébastien Rossbach : Les Chaussons Rouges de Powell & Pressburger, avec sa longue scène de ballet totalement folle et onirique.

Est-ce que, dans votre parcours de cinéphile, il y a eu un « avant » et un « après » un film ?
Jean-Sébastien Rossbach : Requiem pour un vampire de Jean Rollin. Tombé dessus par hasard une nuit sur Arte. J’étais dégoûté du cinéma, je pensais qu’il était mort, la 3D et les fonds verts envahissaient l’écran. Et puis je tombe sur cet ovni, dont je reconnais immédiatement les décors puisqu’il a été tourné dans un donjon juste à côté de chez moi. Il y a ces deux filles nues qui jouent gauchement, qui errent dans les ruines et qui sont poursuivies par des vampires de pacotille. Et je tombe immédiatement amoureux de la poésie qui se dégage de tout ça. C’est à partir de ce moment-là que j’attrape le virus des films des années 60 / 70, le bis, le pinku eiga, la Hammer, le cinéma italien, etc… C’est Rollin qui a fait de moi un cinéphile.

Le film que vous emmenez sur une île déserte ?
Jean-Sébastien Rossbach : Sans doute Requiem pour un vampire justement, ou alors Lèvres de sang parce que lui aussi tourné pas loin de chez moi.

En 2050, pensez-vous que l’on fera encore du cinéma ?
Jean-Sébastien Rossbach : En 2050 tout le monde fera du cinéma, avec son portable sûrement. Les acteurs ne seront plus sacralisés, les films seront fabriqués industriellement en fonction de nos goûts par des algorithmes qui mettront nos têtes à la place de celles des acteurs sur l’écran ; tout sera virtuel, la qualité infiniment médiocre. Tout sera nivelé par le bas, l’art n’aura plus de valeur et les artistes professionnels n’existeront plus. Le rêve Warholien.

Le dernier film vu et aimé ?
Jean-Sébastien Rossbach : Persona de Ingmar Bergman. Petit budget, urgent, débordant de sentiments humains, magistral.

MACBETHQUIZ CHAOS DU CINEPHILE
Un film : Macbeth d’Orson Welles
Une histoire d’amour : L’Empire des sens de Nagisa Oshima
Un sourire : Ron Perlman dans Le Nom de la Rose
Un regard : Barbara Steele dans Le Masque du Démon
Un acteur : Kyle McLachlan
Une actrice : Romy Schneider
Un clown triste : Gelsomina, mais j’aime pas les clowns.
Un début : Change pas de main de Paul Vecchiali
Une fin : Se7en
Un générique : Les prédateurs de Tony Scott

Une scène clé : La clef de Tinto Brass
Un plaisir coupable : Flash Gordon de Mike Hodges
Une révélation : Onibaba de Kaneto Shindō
Un film malade : Sur le globe d’argent de Zulawski
Un rêve : Black Moon de Louis Malle
Une mort : La Clepsydre de Wojciech Has
Une rencontre d’acteur : Isabelle Candelier
Une scène de cul : Contes immoraux de Borowczyk
Une réplique: « Come, you spirits that tend on mortal thoughts, unsex me here, and fill me from the crown to the toe, top-full of direst cruelty »
Un silence : Under the Skin
Un plan séquence : La Soif du Mal
Un choc : Antichrist de Lars Von Trier
Un artiste sous-estimé : Jean Rollin
Un traumatisme : Délivrance de John Boorman
Un gâchis : Quand Di Caprio aura finalement trouvé le moyen de produire Akira sans acteurs japonais.
Un film français : La Traque de Serge Leroy
Un réalisateur : Alejandro Jodorowsky
Allez, un second : Nicolas Winding Refn
Un fantasme : Lina Romay
Un baiser : de vampire, forcément !
Une bande son : Basic Instinct
Une chanson de cinéma (et qui n’a jamais été mieux qu’au cinéma) : Willow’s song dans The Wicker Man

Un somnifère : Only Lovers Left Alive de Jarmush
Un frisson : Alucarda, la hija de las tinieblas
Un monstre : Cesare

PartagezShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Tumblr0Pin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Tags: ,


About the Author

C'est en découvrant la scène où le renard prononce un sublime "le chaos règne" dans "Antichrist" de Lars Von Trier qu'il a eu l'idée de créer ce blog.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑