Critique

Published on janvier 6th, 2018 | by Thierry Conte

0

[CRITIQUE] LE GRAND JEU de Aaron Sorkin

[CRITIQUE] LE GRAND JEU de Aaron Sorkin Thierry Conte

Overdose Chastain

Summary: Date de sortie 3 janvier 2018 (2h 20min) / De Aaron Sorkin / Avec Jessica Chastain, Idris Elba, Kevin Costner / Genres Thriller, Drame / Nationalité américain

1


« Le Loup de Wall Street au féminin »? Vraiment?? En 2004, la jeune Molly Bloom débarque à Los Angeles. Simple assistante, elle épaule son patron qui réunit toutes les semaines des joueurs de poker autour de parties clandestines. Virée sans ménagement, elle décide de monter son propre cercle : la mise d’entrée sera de 250 000 $! Très vite, les stars hollywoodiennes, les millionnaires et les grands sportifs accourent. Le succès est immédiat et vertigineux. Acculée par les agents du FBI décidés à la faire tomber, menacée par la mafia russe décidée à faire main basse sur son activité, et harcelée par des célébrités inquiètes qu’elle ne les trahisse, Molly Bloom se retrouve prise entre tous les feux…

Si vous n’aimez pas Jessica Chastain, si vous n’aimez pas le poker, allez vous faire foutre! Scénariste (The Social Network) et showrunner émérite (A la maison blanche), Aaron Sorkin passe à la réalisation pour mettre en valeur ses textes au débit supersonique et donc son génie tant loué, y compris par nous au moment de la sortie du Steve Jobs de Danny Boyle. Hélas, Le grand jeu se regarde pendant plus de deux heures et s’oublie en moins de deux heures.
Le premier point noir du film s’appelle Jessica Chastain qui phagocyte intégralement le film et qui veut prouver qu’elle est capable de tenir la distance en tête d’affiche. Or, fatigue: Miss Sloane, sorti quelques mois plus tôt, était déjà un Jessica Chastain movie, calibré pour Jessica Chastain et les fans de Jessica Chastain. La différence, c’est que la superstar incarne ici la reine du poker dans un monde de pourris; une championne de ski devenue patronne de tripots pour les stars, brassant des mises vertigineuses et marchant à la cocaïne avant sa chute. Face à un tel programme et à un tel survol des possibles (Thriller? Film de procès? Film d’arnaque? Éloge relou de la win familial?), le spectateur peut que se lasser. On rappelle la durée: 2h20.

Spread the chaos

Tags:


About the Author

Je me lève, je respire, je vis, je dors, je ris, je pleure cinéma. Donc je le critique. Avant au PLUS. Maintenant sur CHAOS REIGNS. Pour toujours.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

error: Chaos Reigns !