Critique

Published on novembre 17th, 2017 | by Jean-François Madamour

1

[CRITIQUE] BANGKOK NITES de Katsuya Tomita

[CRITIQUE] BANGKOK NITES de Katsuya Tomita Jean-François Madamour

Suspends ton vol

Summary: Date de sortie 15 novembre 2017 (3h 03min) / De Katsuya Tomita / Avec Subenja Pongkorn, Sunun Phuwiset, Hitoshi Itô / Genre Drame / Nationalités japonais, français, thaïlandais, laotien

2


Et là-bas quelle heure est-il? Bangkok, mégalopole en perpétuelle expansion. En son cœur, la rue Thaniya, quartier rouge destiné à la clientèle japonaise. Luck en est l’une des reines. Elle subvient à sa famille nombreuse demeurée dans une province du nord-est, près de la frontière laotienne. Un jour, elle retrouve Ozawa, un ancien client et amant qui vivote dans une chambre modeste des bas quartiers. Quand Ozawa doit se rendre au Laos, elle l’accompagne pour le présenter à ses proches et comme pour lui donner une dernière chance. Loin de Bangkok, Ozawa aspire à une vie paisible, mais c’est sans compter sur les cicatrices du colonialisme, des guerres, et celles de Luck.

Sur les traces d’Apichatpong. Précédé d’un joli buzz, Bangkok Nites du réalisateur japonais Katsuya Tomita est bien le lancinant moment de contemplation promis par les critiques depuis plusieurs mois. C’en est presque difficilement explicable de dire pourquoi cette plongée dans les nuits thaïlandaises, admirablement éclairée (Takumi Furuya, chef-op surdoué), connectée qu’elle est sur les affects les plus remuants (ça fait du bien aux yeux) et les influences les plus cinéphiles (surmoi Apichatpong afférent) se révèle particulièrement hypnotisante sur l’instant. On y voit des filles de joie alanguies, des japonais goujats, des néons aveuglants, des buildings surplombants et, par la grâce des images, on cerne une réflexion sur un pays en proie à tant d’ambivalences et de paradoxes très voyants.
C’est beau de questionner des vies de cette façon, avec cette sensibilité de regard, ce désir d’éviter tout lieu commun sur le plus vieux métier du monde, cet angle inédit (les japonais à Bangkok par le prisme des prostituées) pour révéler la misère sexuelle et les disparités marchandes entre deux pays. Reste un souci, majeur: la durée. 3h02, c’est beaucoup. Beaucoup trop pour ne pas tester les résistances des plus résistants qui, un poil fourbus pendant la projection et groggy en en sortant, n’y verront, à défaut d’extase, qu’un bel objet de cinéma narcoleptique pour gogos festivaliers. C’est réducteur, évidemment. Mais on a parfaitement le droit de le penser.

Spread the chaos

Tags:


About the Author

Ours plumitif.



One Response to [CRITIQUE] BANGKOK NITES de Katsuya Tomita

  1. A.L. says:

    Franchement si c’est pour parler d’un film comme ça, abstenez vous. Donc si je résume, le seul argument négatif, c’est « C’est trop long. » ? C’est tout? Ça c’est de la critique de haut niveau: parce que le rédacteur était un peu crevé avant la séance et qu’il en a profité pour faire un roupillon, le film se prend un 2 étoiles et ceux qui aiment sont évidemment des festivaliers élitistes qu’on imagine en train de ricaner à promouvoir un film irregardable pour le commun des mortels (ce que Bangkok Nites n’est pas du tout). Remettez vous un peu en question avant ce genre de jugement lapidaires qui n’ont de critique que le nom. Le film est bien plus rythmé qu’un Weerasethakul, il n’y a pas un mot sur la richesse de la musique, sur le réalisme magique, sur le fait que tout les acteurs sont non-professionnels… Et j’en passe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

error: Chaos Reigns !