CHAOS 2.0

Published on octobre 1st, 2017 | by François Cau

0

CHAOSRAMA épisode 30

Non seulement le classement des choses vues n’a pas du tout honoré sa promesse d’un deuxième épisode estival, mais en plus il fait sa rentrée début octobre COMME UN GROS PATAPOUF, avec uniquement des séries, classées de la pire à la meilleure. Parce que FUCK YOU, et si j’en vois un se plaindre, le Chaos lance un crowdfunding pour financer un podcast.

The Defenders, saison 1

Que se passerait-il si l’on demandait à une intelligence artificielle de mélanger quatre shows télé en un seul ? You daaaaaamn right, un pâté informe, sans aucun sens ni unité narrative, où pour ménager la chèvre, le chou et le cul de la crémière tout serait balancé en vrac. Punchlines, love interests transparents, bande-son bassement schizo, un algorithme configuré par un informaticien sous-payé et pété à la Chartreuse jaune prend tous les fans de comics les plus exigeants et les fiste patiemment, un par un, comme pour leur apprendre à ne pas trop attendre de la vie en général, et de la pop culture en particulier.

The Opposition with Jordan Klepper, trois premiers épisodes

Comedy Central tente non sans un certain désespoir par trop visible de rejouer le binôme gagnant Jon Stewart / Stephen Colbert, le gauchiste / la caricature d’éditorialiste conservateur, le double programme de la win libérale qui assume vaillamment sa résistance en 140 caractères. Introducing my man Jordan, correspondant monstrueusement touchant du Daily Show à la maladresse millimétrée, dans le rôle du pundit outré, drapé dans sa fake news pas du tout offensée. Le problème est le même que la deuxième moitié de la saison 20 de South Park : le monde a pris de vitesse sa propre caricature et la rend inopérante au mieux, gênante au pire. Aussi horrible que ça puisse sembler, le résultat s’avère bien moins drôle que n’importe quelle émission d’Alex Jones.

The Bold Type, saison 1

Ce serait juste une série girly tendance (et donc ringarde dans cinq ans au mieux) de plus à ranger soigneusement sur l’étagère dédiée si elle ne décrivait avec une certaine justesse le monde mort à l’intérieur du journalisme contemporain. Ce qui en dit long sur l’état de la presse : une petite décennie en arrière, tout le monde aurait crié à la caricature débile. Aujourd’hui, le portrait sonne désespérément juste.

Mr Mercedes, saison 1

Contre toute attente, cet assez mauvais roman de Stephen King se voit honoré d’une excellente adaptation. Les défauts se gomment astucieusement, les personnages sont impeccablement écrits et campés, le ton s’obscurcit de façon étouffante, tous les ajouts et retraits se révèlent pertinents. Cela étant dit, l’histoire de base est tellement couillonne que la meilleure volonté du monde pourra tout juste l’élever au rang de passable.

Ozark, saison 1

Cassant mauvais chez les rednecks, Jason Bateman se trouve enfin le rôle à la hauteur de son talent avec ce proto Walter White hyper pragmatique et réactif. C’est à peu près la seule satisfaction procurée par ce show à l’identité bien trop composite pour ne pas se regarder d’un seul œil.

Engrenages, saison 6

Et j’ai crié, crié-é, Gilou, pour qu’il revienne. Ce n’est peut-être pas la meilleure série policière française de l’univers connu et inconnu, ça reste néanmoins celle dotée des personnages les plus attachants, au point de faire oublier des répétitions de schémas narratifs normalement impardonnables. La dureté de façade de Berthaud, la naïveté du juge Roban, l’agressivité-passivité de Joséphine, le ras-le-bol de Tintin, LES DEMONS DE GILOU, ils sont tous là, ils répondent tous une nouvelle fois à l’appel et vous savez quoi ? ça passe. On en redemande sitôt fini, quand bien même cette saison rappelle les grosses maladresses de la saison 4 – le parallèle avec l’affaire Adama Traoré, énorme facepalm trèèèèèès malvenu.

South Park, saison 21, épisodes 1 à 3

Les gars, inutile de vous mentir, je vous ai mis deux places trop haut par amour inconditionnel et mauvaise foi. Bonne idée d’avoir abandonné le principe de l’épisode / saison en dix parties, ça aura fonctionné le temps de la saison 19 et la première moitié de la 20. Super keeeeewl de revenir à des épisodes où vos personnages redeviennent juste des « boys being boys ». Mais sérieusement ? Trey-chou et Matt-ou ? Arrêtez de recycler vos vannes ad nauseam (j’étais le premier fan hystérique de « They took our jooooobs ! », là, à la troisième occurrence, ça me saoule), et libérez-vous de la contrainte du commentaire d’actualité. Redevenez ces oisillons libres de raconter ce qu’ils veulent, queefez aux quatre vents. Je vous aime toujours.

Broad city, saison 4, épisodes 1 à 3

Les filles, inutile de vous mentir, je vous aime beaucoup plus quand vous ne mettez pas votre « engagement » politique en avant – le caméo d’Hillary Clinton dans la saison précédente nous a tous mis mal à l’aise. A deux vannes moisies de Shania Twain près, ce début de saison réconcilie avec votre allant de slacker hipster stoner que votre grâce comique infinie parvient à rendre adorable. Allez, entre nous ? Je n’étais pas vraiment fâché. J’ai presque oublié l’implication d’Ilana dans le sinistre #Piresoirée.

American Vandal, saison 1

Petit à petit, le genre parodique se libère de son esclavage sexuel infamant des années 2000 sous la coupe des abominables Jason Frieberg et Aaron Seltzer, le sinistre duo responsable, au sens pénal du terme, des immondes Epic Movie, Date Movie, Disaster Movie, ou Spartatouille. La repompe des codes d’un genre donné (ici le documentaire sériel à la Making a Murderer) n’implique pas  nécessairement de s’effacer derrière le LOL. Le second degré n’annule pas automatiquement le premier. Le discours le plus juste de cette livraison fictionnelle hebdomadaire dense à couper à la machette se cache à peine derrière une histoire de bites taguées sur des voitures. Je me lève et j’applaudis au ralenti.

Spread the chaos


About the Author

Défendra L'Amour Braque sur un champ de bataille. Mourra donc bêtement.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑