Actu

Published on avril 20th, 2018 | by CHAOS REIGNS

0

CANNES 2018 : LES 15 FILMS QUE L’ON ATTEND

Entre Yann Gonzalez en compétition (Un couteau dans le cœur) et Lars Von Trier no more persona non grata (The House That Jack Built), Bertrand Mandico à la Semaine (Ultra Pulpe) et Gaspar Noé à la Quinzaine (Climax), c’est peu dire que ce 71e Festival de Cannes fait saliver sur le papier. LE CHAOS a choisi 15 films présentés cette année sur la Croisette, au fort potentiel chaos.

FEAT. ROMAIN LE VERN, JEREMIE MARCHETTI, GAUTIER ROOS, JEAN-FRANÇOIS MADAMOUR, THIERRY CONTE & MORGAN BIZET

THE HOUSE THAT JACK BUILT de Lars Von Trier
ÉVÉNEMENT / HORS COMPÉTITION
– C’est Pierrot Lescure en personne qui a fait du forcing pour ramener LVT au bercail, 7 ans après cette fameuse conférence de presse qui donna de l’urticaire à Kirsten Dunst. Les années 70, le logotype rouge sang, le casting certifié 100% chaos (Matt Dillon, Bruno Ganz, Uma Thurman): tout est réuni pour faire de ce « thriller sulfureux » – c’est la presse qui le dit – un truc vraiment sulfureux pour une fois. On est déjà assis dans la salle et on attend, tels des mutants sous hypnose. G.R.

UN COUTEAU DANS LE CŒUR de Yann Gonzalez
COMPÉTITION –
Paris, été 1979. Anne (Vanessa Paradis) est productrice de pornos gays au rabais. Lorsque Loïs, sa monteuse et compagne, la quitte, elle tente de la reconquérir en tournant un film plus ambitieux avec son complice de toujours, le flamboyant Archibald. Mais un de leurs acteurs est retrouvé sauvagement assassiné et Anne est entraînée dans une enquête étrange qui va bouleverser sa vie. On savait que Les îles (son sublime court métrage) et ses désirs venus du fond de la nuit étaient un pont, une mise en bouche avant ce Couteau dans le cœur qu’on se tarde bien évidemment de recevoir. Un tueur et du porno 70’s: on a déjà tout ce qu’il nous faut. J.M.

UNDER THE SILVER LAKE de David Robert Mitchell
COMPETITION –
À Los Angeles, Sam, 33 ans, tombe fou amoureux de sa jeune et mystérieuse voisine.
Lorsqu’elle disparaît brusquement, Sam se lance dans une enquête surréaliste à travers la ville pour percer le secret de sa disparition. Cela l’entraînera jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, nimbées de mystère, scandale et conspiration… Même dans le film noir (si c’est bien le cas!), le réalisateur David Robert Mitchell ne semble rien faire comme les autres. On attend de pied ferme la nouvelle folie du réalisateur américain le plus prometteur de ces dix dernières années à qui l’on doit les formidables The Myth of the American Sleepover et It Follows. J.M.

ASH IS PUREST WHITE de Jia Zhangke
COMPÉTITION –
Il y a trois ans, il avait fallu attendre ce double programme The Assassin / Mountains May Depart pour se dire que la compèt était peut-être pas si scandaleuse que ça finalement. Le cinéaste est un peu attendu comme le messie cette année, pour un film qui devrait être plus mélodramatique qu’à l’accoutumée, bien qu’on en parle comme d’un Bonnie and Clyde chinois. Ici, on y croit évidemment beaucoup, mais gare aux films qu’on attend trop (remember Wonderstruck l’an dernier). Bon allez, on arrête le faux suspense: on sait déjà que ce sera l’un des films de l’année. G.R.

ASAKO I & II de Ryusuke Hamaguchi
COMPÉTITION – La présence de Ryusuke Hamaguchi en compétition officielle est un évènement en soi. Pas uniquement parce qu’il s’agit de sa première fois à Cannes – pour son neuvième long-métrage – plutôt car il amène enfin un vent de fraicheur aux habituels sélectionnés venus du pays du soleil levant (Kawase, Kore-eda). Après Senses, film de cinq heures qui sortira en salles à la période du Festival de Cannes, on a très envie de se plonger dans ce drame amoureux aux atours étranges: A Osaka Asako, jeune femme de 21 tombe éperdument amoureuse mais son prétendant disparait mystérieusement. A Tokyo, deux ans plus tard, elle tombe nez à nez avec son sosie. La promesse? Du très beau trouble chaos. Vite, la suite. M.B.

LONG DAY’S JOURNEY INTO NIGHT de Bi Gan
UN CERTAIN REGARD – S’il y a bien une œuvre que l’on est déçu de ne pas voir intégrer la liste des films en compétition officielle, en plus du Lars Von Trier, c’est bien ce second film du chinois Bi Gan. Souvenez-vous, en 2015 il éblouissait le festival de Locarno avec son Kaili Blues, film sensoriel inouï lorgnant dans les territoires Hou Hsiao Hsien, Weerasethakul et Lynch, et sublimé par un plan séquence de plus de quarante minutes. Long Day’s Journey Into Night semble renouer avec la veine indécise et onirique – voire cauchemardesque – de son prédécesseur, avec une trame encore plus excitante sur le papier: Luo Hongwu retourne dans la ville de son enfance 12 ans après avoir commis un meurtre resté impuni. Les souvenirs de la belle et énigmatique jeune femme qu’il a tué refont surface. Le passé et le présent, le rêve et la réalité se confrontent alors dans un sombre ballet. M.B.

BORDER de Ali Abbasi
UN CERTAIN REGARD –
Une garde-frontière au flair infaillible pour identifier les contrebandiers se retrouve face à une personne qu’elle est bien en mal de désigner comme coupable ou non. Bon sang de chaos, mais quelle est donc cette curiosité chaos qui se profile dans la section Un Certain Regard? Comme ça, sans crier gare? Aux commandes de ce projet, Ali Abbasi, réal que l’on imagine plus volontiers au Festival de Sitges qu’au Festival de Cannes, auteur d’un Shelley en 2016, adapte un roman de…. John Ajvide Lindqvist. Oui, oui, celui qui a écrit Morse et qui a des milliards d’idées merveilleuses à chaque chapitre. Pour que le film se trouve dans cette section, si haut, c’est qu’il est bon, a priori. D’où notre question: et si nous revivions un choc comparable à celui de l’immense Morse de Tomas Alfredson en son temps? T.C.

MEURS MONSTRE MEURS de Alejandro Fadel
UN CERTAIN REGARD –
Une surprise tout juste rajoutée à Un Certain Regard, où il est question de femmes décapitées, de police rurale, de montagnes rose rhubarbe, et de monstres donc. 5 autres raisons d’espérer: le nom du réal rappelle celui d’Abbas Fahdel, il est le scénariste de Pablo Trapero, Julie Gayet est à la prod, les créateurs du monstre ont bossé sur Grave et c’est UFO qui distribue (Les garçons sauvages, Kiss & Cry, Le voyage au Groenland…). Autant dire que ce 2e film sera scruté de près par vos dévoués serviteurs. G.R.

CLIMAX de Gaspar Noé
QUINZAINE DES RÉALISATEURS –
Un croisement entre 99 francs, Sheitan et l’émission Pop Stars est par définition chaos: dans un pensionnat désaffecté, Climax narre l’histoire d’une vingtaine de danseurs qui s’offre « une dernière soirée de célébration autour d’un grand bol de sangria » aux forts accents psychotropiques. Pour les nombreux lève-tard qui n’avaient pas réussi à obtenir leur billet nocturne pour l’unique projo de Love en 2015, on se dit qu’il existe peut-être une justice. Une projection à la Quinzaine qui sent  bon la vinasse et les petits comprimés colorés. G.R.

MANDY de Panos Cosmatos
QUINZAINE DES RÉALISATEURS –
Nicolas Cage de retour à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs. Curieusement, on a l’impression que c’est cette annonce qui aura définitivement lancé cette 71ème édition dans le chaos – suivie du prochain Gaspar Noé, du grand retour de Lars Von Trier, de la présence en compétition officielle de Yann Gonzalez. L’éternel Sailor de la palme d’or de David Lynch viendra présenter Mandy, deuxième long-métrage du greco-canadien Panos Cosmatos (fils de George, réalisateur de Rambo II et Cobra, deux nanars musclés avec Stallone). On sait peu de choses sur ce film si ce n’est le buzz énorme qu’il a provoqué lors de sa présentation au dernier festival de Sundance. Beyond the Black Rainbow, le précédent film de Cosmatos, hélas invisible en salles ou en DVD dans nos frontières, faisait son effet par son esthétique qui rendait hommage aux films de science-fiction horrifiques des années 70 et 80. En tout cas, on a hâte de voir ce fou Nicolas Cage démonter une secte à coup de tronçonneuse pour sauver sa belle. M.B.

MIRAI, MA PETITE SŒUR de Mamoru Hosoda
QUINZAINE DES RÉALISATEURS – Doit-on réellement présenter Mamoru Hosoda? L’auteur des merveilleux Summer War, Les Enfants loups et La Traversée du temps a montré depuis plus de dix ans qu’on n’avait plus besoin de s’inquiéter à propos de la relève des titans Miyazaki et Takahata. Même si on aurait aimé le voir intégrer la sélection officielle, on ne peut que se réjouir de la projection de son nouveau film, Mirai, ma petite sœur, à Cannes, lui qui n’avait connu les honneurs d’une sélection dans un festival de cette envergure. Au vu de la première bande annonce, Hosoda renoue avec les voyages temporels de son premier classique, La Traversée du temps, dans la veine plus fantastique et onirique propre à ses plus récentes œuvres. M.B.

SAUVAGE de Camille Vidal-Naquet
SEMAINE DE LA CRITIQUE –
Léo, 22 ans, se vend dans la rue pour un peu d’argent. Les hommes défilent. Lui reste là, en quête d’amour. Il ignore de quoi demain sera fait. Il s’élance dans les rues. Son cœur bat fort. Charles Tesson, délégué général de la Semaine de la Critique, roi du chaos dans les salles obscures et sur le dancefloor, est formel: «l’exigence de réalisme à la tonalité pasolinienne insuffle une dimension tragique à ce film fort et poignant». Découvert dans 120 battements par minute, Félix Maritaud (qui joue aussi dans Un couteau dans le cœur de Yann Gonzalez) pourrait bien s’avérer une révélation aussi fracassante que Noée Abita l’an passé dans Ava de Léa Mysius. Affaire à suivre. JFM

ULTRA PULPE de Bertrand Mandico
SEMAINE DE LA CRITIQUE – Station balnéaire abandonnée. Fin de tournage d’un film fantastique sur la fin d’un monde. Deux femmes, membres de l’équipe de cinéma, l’une actrice, l’autre réalisatrice, Apocalypse et Joy, sont sur le point de mettre fin à leur relation amoureuse. Bertrand Mandichaos embarque à nouveau avec ses (quelques) Garçons sauvages pour une odyssée unique, chic et saphique dont on va évidemment se souvenir longtemps. J.M.

TEN YEARS THAILAND d’Apichatpong Weerasethakul, Aditya Assarat, Chookiat Sakveerakul, Chulayarnon Sriphol, Wisit Sasanatieng
SÉANCE SPÉCIALE –
Les Séances Spéciales de Cannes 2018 ne seront pas à prendre la légère cette année. Outre le retour de Wim Wenders et de Wang Bing (avec Les Ames mortes, docu de 8h15, à l’instar de son chef-d’œuvre A l’ouest des rails), ce sera aussi l’occasion des retrouvailles de la croisette avec Apichatpong Weerasethakul, 3 ans après une injuste relégation à Un Certain Regard pour l’hypnotique Cemetery of Splendour. Ten Years Thailand est un recueil de courts-métrages réalisés par cinq cinéastes thaïlandais qui y imaginent leur pays dix années dans le futur. Un programme alléchant même si on connaît peu de choses des collègues de «Joe» – mise à part Wisit Sasanatieng, entré dans l’histoire pour être le premier réalisateur thaïlandais à présenter un film à Cannes avec Les Larmes du tigre noir (2002). La perspective de revenir dans le monde unique du réalisateur de la Palme d’or 2010 justifie à elle seule notre excitation pour ce film mais nous serons aussi particulièrement curieux de découvrir les quatre autres propositions cinématographiques. M.B.

CASSANDRO THE EXOTICO! de Marie Losier
ACID
– On le sait depuis quelques années déjà, l’ACID est chaos. Dernièrement Pauline s’arrache, Mercuriales ou La Bataille de Solférino y avaient fait sensation. Et cette année, on mettrait bien une pièce sur le nouveau documentaire de l’artiste-cinéaste Marie Losier, Cassandro the Exotico! Sept ans plus tôt, The Ballad of Genesis and Lady Jaye nous avait subjugué par son sujet hors norme (les opérations du mythique Genesis P-Orridge dans l’optique de ressembler trait pour trait à sa femme) et son approche intimiste et expérimentale. Cette fois, elle pose sa caméra sur Cassandro, catcheur mexicain roi des Exoticos – les catcheurs queers de la lucha libre – depuis plus de vingt-cinq ans mais qui n’a toujours pas l’intention de s’arrêter. Encore un destin extraordinaire qu’on a hâte de découvrir à travers le regard si précieux et singulier de Marie Losier. M.B.

Spread the chaos
  • 80
    Shares

Tags: ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

error: Chaos Reigns !