Actu

Published on avril 30th, 2017 | by CHAOS REIGNS

0

CANNES 2017 : LES 25 FILMS QUE L’ON ATTEND

LE CHAOS a choisi 25 films présentés au Festival de Cannes, au fort potentiel chaos.

LES 3 FILMS LES + ATTENDUS À CANNES 2017 DE…
THOMAS BAUREZ Loveless / 120 battements par minute / Napalm
MICHAEL GHENNAM D’après une histoire vraie / Mise à mort du cerf sacré / In the Fade
ROMAIN LE VERN Happy End / 120 battements par minute / Mise à mort du cerf sacré
JEREMIE MARCHETTI Mise à mort du cerf sacré / 120 battements par minute / Jeanette
ALEX MASSON Mise à mort du cerf sacré / Marlina / Sicilian Ghost story
PHILIPPE ROUYER Happy End / Okja / Twin Peaks 2017
CHLOÉ VALMARY D’après une histoire vraie / Okja / Wonderstruck

TWIN PEAKS 2017 de David Lynch
ÉVÉNEMENT –
David Lynch, Palme d’or en 1990 avec Sailor et Lula, présentera deux épisodes de la saison 3 de Twin Peaks, plus de 25 ans après le deuxième volet. Les trente premiers épisodes de Mystères à Twin Peaks avaient été diffusés en 1990 et 1991. Le programme est souvent considéré comme pionnier dans la naissance d’une nouvelle génération de séries, avec davantage de moyens et d’ambition narrative. Il en avait tiré un film très sous-estimé présenté à Cannes en 1992 (mauvaise expérience pour Lynch) et il avait reçu pour la série trois Golden Globes en 1991, dont celui de meilleure série dramatique et de meilleur acteur pour Kyle MacLachlan. Après avoir annoncé, initialement, qu’il ne réaliserait pas les nouveaux épisodes, principalement en raison d’un différend financier, David Lynch a finalement changé d’avis et repris les rênes de cette série policière aux accents surréalistes et surnaturels. Le premier des 18 épisodes sera diffusé le 21 mai sur la chaîne câblée américaine Showtime. Interrogé sur le développement des séries, Thierry Frémaux a écarté l’idée d’une section spécialisée sur les séries à Cannes. « C’est parce que ces deux séries sont signées Lynch et Campion que nous montrons leurs films, c’est une façon de donner des nouvelles de quelques cinéastes qui nous sont chers ».

OKJA de Bong Joon-Ho
COMPÉTITION –
Durant dix merveilleuses années chez elle dans les montagnes de Corée du Sud, la jeune Mija a accompagnée et pris soin de son grand ami Okja, un animal imposant. Mais tout change lorsque la firme multinationale familiale Mirando Corporation s’empare d’Okja et l’emmène à New-York où la PDG Lucy Mirando, obsédée par son image et par sa promotion, a de grands projets pour l’amie la plus chère de Mija. C’est sans stratégie particulière mais avec une idée précise en tête, que Mija se lance dans une mission de sauvetage. Mais cette aventure déjà intimidante s’avère encore plus compliquée dès lors qu’elle doit faire face à des groupes disparates de capitalistes, de manifestants et de consommateurs, tous en compétition pour décider du destin d’Okja…alors que Mija ne rêve que d’une chose: ramener son amie à la maison. Par le réalisateur surdoué et surchaos de Memories of Murder et Snowpiercer.

HAPPY END de Michael Haneke
COMPÉTITION –
« Tout autour le Monde et nous au milieu, aveugles. » Instantané d’une famille bourgeoise européenne. Jean-Louis Trintignant et Isabelle Huppert dans un film choral sur une famille bourgeoise du Nord de la France vivant à côté des camps de migrants. Michael Haneke, tant adoré au royaume du chaos, a été deux fois Palme d’or à Cannes, pour Le Ruban blanc et Amour. Une troisième?

120 BATTEMENTS PAR MINUTE, de Robin Campillo
COMPÉTITION –
Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d’Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l’indifférence générale. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean. Parce que Eastern Boys, son film d’avant, était une totale réussite.

LOVELESS, de Andrey Zvyagintsev
COMPÉTITION –
Boris et Zhenya sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Zhenya fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser… Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse.

LES FILLES D’AVRIL, de Michel Franco
UN CERTAIN REGARD –
La relation entre une mère et sa fille de 17 ans tombée enceinte. Parce que ce jeune réalisateur au cœur pur et au style inconfortable voue une prédilection pour les handicapés de la vie, s’adresse aux opprimés de la société, se préoccupe aussi de ceux dont on a ruiné la beauté. C’est d’autant plus surprenant que, dans la vraie vie, Michel semble parfaitement accordé avec l’existence – par exemple, aux soirées Cannoises, il danse sur David Guetta et Grease. Ses films (Despues de Lucia, Daniel y Ana…), alliances d’une mise en scène viscérale et d’un script raisonné, tiennent généralement de l’expérience traumatique, de la prise d’otage émotionnelle, si bien que beaucoup se méfient de sa virtuosité comme de son intelligence. On ne sait pas comment ni pourquoi mais il a des comptes à régler avec le monde, Michel. C’est de toute évidence ce qui dérange le plus ses détracteurs qui ne comprennent pas pourquoi le cinéma ne ressemble pas à de la camomille. Tant pis pour eux. Son cinéma interroge notre impassibilité sur les choses et il fait du bien.

THE SQUARE, de Ruben Ostlund
COMPÉTITION –
Un directeur de musée ambitieux prépare une exposition dont l’impact va être puissant. Rien que la photo, elle est chaos. Et le film dure plus de 2 heures. A priori, vu le passif du réal, ce devrait être pas mal.

A PRAYER BEFORE DAWN, de Jean-Stéphane Sauvaire
SÉANCE DE MINUIT –
L’histoire vraie de Billy Moore, enfermé dans une des plus dures prisons thaïlandaises. Refusant d’y mourir, Billy apprend la boxe Muay Thai et trouve une fraternité qui va l’aider à se racheter.

COBY, de Christian Sonderegger
ACID –
Dans un village au cœur du Middle-West américain, Suzanna, 23 ans, change de sexe. Elle devient un garçon : Coby. Cette transformation bouleverse la vie de tous ceux qui l’aiment. En définitive, la chrysalide de Coby devient celle de toute une famille, acculée à s’adapter. Une métamorphose, dont l’enjeu dépasse le seul physique, s’opère alors sous le regard lumineux et inattendu du réalisateur. «Changer a des conséquences. Ne pas le faire, en a aussi»

A GENTLE CREATURE, de Sergei Loznitsa
COMPÉTITION –
Une femme reçoit le colis qu’elle a envoyé quelques temps plus tôt à son mari incarcéré pour un crime qu’il n’a pas commis. Inquiète et profondément désemparée elle décide de lui rendre visite. Ainsi commence l’histoire d’un voyage, l’histoire d’une bataille absurde contre une forteresse impénétrable.

LE VÉNÉRABLE W., de Barbet Schroeder
SÉANCE SPÉCIALE –
En Birmanie, le «Vénérable W.» est un moine bouddhiste très influent. Partir à sa rencontre, c’est se retrouver au cœur du racisme quotidien, et observer comment l’islamophobie et le discours haineux se transforment en violence et en destruction. Pourtant nous sommes dans un pays où 90% de la population a adopté le bouddhisme, religion fondée sur un mode de vie pacifique, tolérant et non-violent.

HOW TO TALK TO GIRLS AT PARTIES, de John Cameron Mitchel
UN CERTAIN REGARD –
Londres, dans les années 1970. Un adolescent timide et amateur de musique punk et ses deux amies se rendent clandestinement à une fête où elles rencontrent un groupe de femmes un peu mystiques. En réalité, elles viennent d’un autre monde, ce sont des extraterrestres.

BLADE OF THE IMMORTAL, de Takashi Miike
HORS-COMPÉTITION –
Basé sur le Manga du même nom publié pour la première fois en 1993, le film évoque l’histoire d’un guerrier samouraï immortel, qui ne peut lever sa malédiction que d’une seule manière : tuer 1000 hommes…

LA CAMERA DE CLAIRE, de Hong Sangsoo
SÉANCE SPÉCIALE –
Tourné pendant le Festival de Cannes de 2016 de manière totalement free style et donc chaos, le film de Zaza et HSS promet aux festivaliers de retrouver des endroits familiers de la ville. On attend de savoir qui seront les guests.


THE MERCILESS, de Byun Sung-Hyun
SÉANCE de MINUIT –
Jae-ho, chef de gang, fait la loi en prison auprès des autres détenus. Mais son autorité est remise en cause à l’arrivée de Hyun-soo, un nouveau venu particulièrement récalcitrant.

THE VILLAINESS, de Jung Byung-Gil
SÉANCE DE MINUIT –
L’histoire d’une vengeance sans fin d’une femme mystérieuse, élevée comme une tueuse… Rien que l’affiche, c’est tout un programme.

GOOD TIME, des frères Safdie
COMPÉTITION –
Un braquage qui tourne mal… Connie réussit à s’enfuir mais son frère Nick est arrêté. Alors que Connie tente de réunir la caution pour libérer son frère, une autre option s’offre à lui : le faire évader. Commence alors dans les bas-fonds de New York, une longue nuit sous adrénaline.

FROST, de Sharunas Bartas
QUINZAINE DES RÉALISATEURS –
Un jeune homme veut comprendre la guerre, pour comprendre le destin de son peuple et mériter son droit à la liberté. Le film raconte l’histoire de Rokas, un jeune homme lituanien qui n’a jamais connu la guerre, tout en grandissant dans son ombre. Sur un convoi d’aide humanitaire, de la Lituanie vers l’Ukraine, il rencontre deux journalistes, un homme et une femme. C’est le début d’un voyage de découvertes et de sacrifices pour chacun d’entre eux. Leur désir d’aller toujours plus loin les conduit jusqu’au front de la guerre. Dans les ruines de la haine humaine, ils se retrouvent face à eux-mêmes…

JEANETTE, L’ENFANCE DE JEANNE D’ARC, de Bruno Dumont
QUINZAINE DES RÉALISATEURS –
Domrémy, 1425. Jeannette n’est pas encore Jeanne d’Arc, mais à 8 ans elle veut déjà bouter les Anglais hors du royaume de France. Inspirée des écrits de Charles Péguy, la Jeannette de Bruno Dumont revisite les jeunes années d’une future sainte sous forme d’un film musical à la BO électro-pop-rock signée Gautier Serre, alias Igorrr et aux chorégraphies signées Philippe Decouflé

MARLINA SI PEMBUNUH DALAM EMPAT BABAK de Mouly Surya
QUINZAINE DES RÉALISATEURS –
Au cœur des collines reculées d’une île indonésienne, Marlina, une jeune veuve, vit seule. Un jour, surgit un gang venu pour l’attaquer, la violer et la dépouiller de son bétail. Pour se défendre, elle tue plusieurs de ces hommes, dont leur chef. Décidée à obtenir justice, elle s’engage dans un voyage vers sa propre émancipation. Mais le chemin est long, surtout quand un fantôme sans tête vous poursuit.

THE FLORIDA PROJECT, de Sean Baker
QUINZAINE DES RÉALISATEURS –
Moonee a 6 ans et un sacré caractère. Lâchée en toute liberté dans un motel de la banlieue de Disney world, elle y fait les 400 coups avec sa petite bande de gamins insolents. Ses incartades ne semblent pas trop inquiéter Hally, sa très jeune mère. En situation précaire comme tous les habitants du motel, celle-ci est en effet trop concentrée sur des plans plus ou moins honnêtes pour assurer leur quotidien… Le précédent film de Sean Baker, Tangerine, avait gentiment buzzé.

JUPITER’S MOON, de Kornél Mandruczo
COMPÉTITION –
Un jeune migrant se fait tirer dessus alors qu’il traverse illégalement la frontière. Sous le coup de sa blessure, Aryan découvre qu’il a maintenant le pouvoir de léviter. Jeté dans un camp de réfugiés, il s’en échappe avec l’aide du Dr Stern qui nourrit le projet d’exploiter son extraordinaire secret. Les deux hommes prennent la fuite en quête d’argent et de sécurité, poursuivis par le directeur du camp. Fasciné par l’incroyable don d’Aryan, Stern décide de tout miser sur un monde où les miracles s’achètent.

MISE A MORT DU CERF SACRÉ, de Yorgos Lanthimos
COMPÉTITION –
Steven, un brillant chirurgien, prend sous son aile un adolescent. Ce dernier s’immisce progressivement au sein de sa famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice. Un titre Buñuelien pour le nouveau film du réalisateur de The Lobster.

TEHERAN TABOU, de Ali Soozandeh
SEMAINE DE LA CRITIQUE –
Téhéran : une société schizophrène dans laquelle le sexe, la corruption, la prostitution et la drogue coexistent avec les interdits religieux. Dans cette métropole grouillante, trois femmes de caractère et un jeune musicien tentent de s’émanciper en brisant les tabous. Dixit ze amazing Charles Tesson: «Ali Soozandeh dresse le tableau ahurissant et inimaginable de la vie à Téhéran, une ville où les libertés morales et sexuelles sont bannies. Le choix de l’animation offre la liberté d’explorer un Iran interdit. Profondément humaniste, le film dénonce avec tendresse et humour, l’hypocrisie et les contradictions d’un système.»

SICILIAN GHOST STORY, de Fabio Grassadonia & Antonio Piazza
SEMAINE DE LA CRITIQUE –
Dans un petit village sicilien à la lisière de la forêt, Giuseppe, un garçon de 13 ans, disparaît. Luna, sa camarade de classe qui l’aime, ne peut pas se résoudre devant sa disparition mystérieuse. Elle se révolte contre le silence et la complicité environnants, et partant à sa recherche, elle descend dans le monde sombre qui l’a englouti et où l’on pénètre à travers un lac énigmatique. Il n’y a que leur amour indestructible qui pourra la faire remonter à la surface.

SINON… LA SÉANCE LA + CHAOS DE #CANNES2017

AFTER SCHOOL KNIGHT FIGHT, de Caroline Poggi & Jonathan Vinel / COELHO MAU (Mauvais Lapin), de Carlos Conceição / LES ÎLES, de Yann Gonzalez
SEMAINE DE LA CRITIQUE –
After School Knife Fight, de Caroline Poggi & Jonathan Vinel; Coelho Mau (Mauvais Lapin), de Carlos Conceição et Les Îles, de Yann Gonzalez. N’en jetez plus, stop in the name of love: les Séances Spéciales courts métrages à la Semaine de la critique seront un rendez-vous incontournable cette année au Festival de Cannes.
Why so chaos? Selon Leo Soesanto, responsable de la section courts métrages à La Semaine de la critique: « Ce sont des courts super-sexy, qui flirtent constamment et presque innocemment avec le fantastique, quelque chose d’assez vénéneux. On est quelque part entre le Aimons-nous Vivants de François Valéry et L’Amour est plus Froid que la Mort de Fassbinder, textuellement parlant.»

Spread the chaos

Tags:


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

error: Chaos Reigns !