Actu

Published on octobre 23rd, 2017 | by CHAOS REIGNS

0

« BYNWR.COM »: NICOLAS WINDING REFN LANCE SA PLATEFORME DIGITALE

«Ce 16 octobre 2017, je déclare ici même la mort du cinéma. Et je déclare la renaissance du cinéma. Et cette renaissance est ByNWR.com.» Invité du festival Lumière de Lyon, Nicolas Winding Refn a présenté son nouveau projet: ByNWR.com, plateforme digitale où il sera possible de découvrir chaque mois et for free un classique très perdu du cinéma. Mais pas seulement. IN THE NAME OF CHAOS, NWR S’EXPLIQUE.

Actuellement en pleine production de sa série Amazon intitulée Too old to die young, Nicolas Winding Refn, qui se présente comme «le troisième frère Lumière», s’est fendu d’une conférence de presse au Festival Lumière pour présenter son projet byNWR.com. Pour se faire, ladite plateforme gratuite et traduite en plusieurs langues (anglais, français, japonais, chinois, italien…) s’est associée à une plateforme de vidéos à la demande MUBI et à la société de distribution et d’édition La Rabbia. A chaque trimestre, il sera possible de découvrir un volume en trois parties promettant un film par mois dont NWR a payé la restauration 4K de sa poche. Le premier volume est intitulé Régions Rebelles: les bijoux du film d’exploitation du Sud des Etats-Unis, supervisé par le journaliste Jimmy McDonough et composé de trois films: The Nest of the Cuckoo Birds (1965), Shanty Tramp (1967) et Hot Thrills and Warm Chills (1967).

Le soir même de la conférence de presse, NWR présentait au public un film que nous aimons beaucoup: Night tide, de Curtis Harrington dans lequel Dennis Hopper incarne un marin raide dingue d’une sirène, et le fameux The Nest of the Cuckoo Birds, de Bert Williams. Si on trouve The Nest of The Cucloo Birds naze, pas de souci: l’intérêt n’est pas le film en soi mais ce que l’on en fait sur le site (en gros, comment on le décline avec un contenu «inédit» – documents d’archives, photographies, vidéos, musique…). Tout ceci suit une logique implacable propre aux mythologies, lancée par son fameux livre L’art du regard. On a suivi NWR pendant toute une journée, écouté toutes ses fulgurances («Il faut enterrer le passé. La salle n’est plus le lieu dominant pour voir les films. Mes enfants utilisent leur smartphone. Le cinéma, c’est comme le sexe. Peu importe les circonstances, tout est bon à prendre»). Voici le récit 2.0 de celui qui a osé sonner le glas du septième art au pays des frères Lumière.

Spread the chaos

Tags:


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑

error: Chaos Reigns !