Actu

Published on décembre 31st, 2016 | by CHAOS REIGNS

0

« 2016, ANNÉE CHAOS » PAR LA RÉDACTION

vlcsnap-2016-12-31-02h05m56s864Nous sommes le 31 décembre  2016. Attrapez votre coupe de champagne et levons nos verres, amis chaos. « Célébrons! » comme le chantait si mal le génial Francis Huster dans le non moins génial Parking de Jacques Demy. Voici le dernier bilan avant le saut vers l’inconnu.

huit-salopardsJANVIER 2016
FILM DU MOIS: LES 8 SALOPARDS, de Quentin Tarantino
Très classe ce Nuri Bilge Ceylan gore, non? Pardon? Euh… vous parlez bien de Quentin Tarantino, le mec le plus pop de la terre (et donc pas forcément le plus chaos) qui faisait causer les gangsters des meilleurs tubes de Madonna (Reservoir Dogs) et donnait envie de dévorer un cheeseburger (Pulp Fiction)? Oui, oui. Lui-même! Himself! Et contrairement à Julio Iglesias, il a bien changé. Les Huit Salopards, son huitième long métrage, son chef-d’œuvre de plus de trois heures dans lequel tous ses acteurs chéris (Samuel L. Jackson, Kurt Russell, Tim Roth, Zoe Bell, Michael Madsen…) bavardent avant l’inéluctable et apocalyptique climax gorissime. Plus rien ne sera comme avant, plus rien ne sera aussi cool. Sinon, on a consacré une story à l’incroyable JJL. Must-read.

CAROLLLL L’autre très grand film du mois se prénomme Carol et il est signé par un ami de la maison: le réalisateur Todd Haynes. Reparlons-en dans dix ans. Il existera quelques illuminés, et nous en ferons partie, qui vanteront les mérites de ce qui ressemble d’une part à un aboutissement dans la filmographie d’un cinéaste creusant depuis la fin des années 80 son sujet de toujours (la marge versus la norme) et de l’autre à un sublime mélo chaos où le feu brûle sous la glace. Et entendre I Love you dans ce Todd Haynes, comme un écho lointain de la séquence finale de Safe, nous démolit sur place.

bang gang Autrement, Werner Herzog a dit que Twitter, c’était de la merde. Autrement bis, Pacôme nous a expliqué le Cinéma Hermetica. Autrement ter, on a soutenu Les filles du Moyen-âge de Hubert Viel et soumis son auteur à nos questions chaos et on a descendu Bang Gang, de Eva Husson, sorte de Faustine le bel été (Nina Companeez, 1972) des temps modernes avec un casting à baffer qui redouble de complaisance et de pose. Aucune réaction effervescente n’est hélas à attendre de cette expérience sur la sexualité des hannetons…

SALAF Du moins, c’est ce que l’on pensait avant que les excités de Promouvoir s’excitent sur ce film-ci et d’autres, chéris eux par le chaos. François s’énerve, à juste titre. Du coup, on soutient Bang Gang envers et contre ces lamentables tentatives d’intimidation. Au même moment, c’est l’affaire Salafistes qui fascine et en même temps fait flipper la presse. On peut (re)lire la critique et une interview de François Margolin par un François remonté à bloc.

BOWIE AVANT SA MORT Ce mois est bien celui de la bêtise qui pense mais aussi des inconsolables. David Bowie nous manque. Il nous a manqué les douze mois suivants. Il nous manque encore. Il nous manquera longtemps.

PartagezShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Tumblr0Pin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Tags:

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑